Untitled Document
  Voir toutes les news du mois :
Untitled Document

Champagne pour Giordano (25.03.18)

Après six participations dont trois sur des R5 qui lui ont permis de viser haut, Giordano conquiert enfin la victoire au Rallye Epernay-Vins de Champagne. Il a dominé de bout en bout cette 22e édition, signant la majorité des meilleurs temps au volant de sa Hyundai i20 R5. Il rejoint au palmarès son mentor, Alain Vauthier, qui a eu aussi une pensée pour Lucie, sa fille, qui veille sur eux depuis là-haut. Benoît Vaillant s’est montré régulier. L’écart ne bouge pas dimanche. Le pilote de la DS3 R5 résiste au retour de Jean-Charles Beaubelique qui a connu un « rallye compliqué » (alerte hydraulique, touchettes et jante cassée..). le Champion deuxième division 2017 signe un meilleur temps dans l’ES11 qui lui permet de subtiliser la dernière marche du podium à Dominique Rebout., qui découvrait la Skoda Fabia. Michaël Faucher n’a guère plus l’expérience de la Tchèque et s’en sort avec les honneurs, lui aussi devant Eddie Lemaître.

Comme souvent, sur les routes spécifiques du vignoble champenois, des erreurs ont coûté des places aux uns et aux autres. Christophe Wilt a connu trop de misères dimanche pour rester 5e. Jean-Renaud Marchal en profite pour terminer 7e. Sur ses terres d’origine, Teddy Blanc-Garin s’est mis en évidence avec sa Mitsubishi A8 qui devance les WRC de Vincent Christiann et d’Alain Foulon.
Le Groupe N revient à François Thiébaut et le Groupe F2000 au Belge, Christophe Verstaen.
Teddy Stique, 3e Groupe N et est le premier représentant de l’ASAC Champagne devant Hervé Gaidoz qui profite de l’abandon d’Eddy Berthelot pour s’imposer en R4.

Leader
Etape 1 :
ES1 à 8 Giordano

Etape 2 :
ES9 à 12 Giordano

Meilleur temps
Etape 1 :
ES1, 3, 4, 5, 6, 7, 8 Giordano – ES2 Beaubelique

Etape 2 :
ES9 Beaubelique – ES10 Vaillant – ES11 Giordano – ES12 Vaillant

Classement provisoire
1. Giordano (Hyundai i20 R5), 1h36min07s0 – 2. Vaillant (Citroën DS3 R5), à 1min15s3 – 3. Beaubelique (Citroën DS3 WRC), à 1min47s7 – 4. Rebout (Skoda Fabia R5), à 1min59s0 – 5. M. Faucher (Skoda Fabia R5), à 2min26s4 – 6. Lemaître (Skoda Fabia R5), à 3min04s8 – 7. JR. Marchal (Citroën DS3 R5), à 3min32s1 – 8. Wilt (Citroën DS3 R5), à 3min39s2 – 9. Blanc-Garin (Mitsu Evo 9), à 3min59s1 – 10. Christiann (Ford Fiesta WRC), à 4min22s3…

Principaux abandons
Jakubowski (Peugeot 208 T16), Comole (Ford Fiesta R5), Paternot (Mitsu), D. Fores et Million-Brodaz (Porsche), Berthelot (Mitsu), Duchène (Clio), mécanique… V. Fores (Renault Clio Ragnotti), Brasseur (106), sortie…

Chiffres
- 99 partants au départ de l’étape 2 de cette 22e édition (voitures « modernes »), 5 en véhicules historiques (VHC).
- 7 victoires scratch pour Quentin Giordano.

Echo
- VHC :
Auteur du grand chelem des meilleurs temps, Guillemin remporte un nouveau succès au Rallye Epernay-Vins de Champagne., avec 3min45s d’avance sur Duchène et près de 9min sur Jaillet. Le Belge Temperville clôt ce classement.

Declarations
- François Guillemin : « En plus de cette nouvelle victoire, on a signé des super temps parmi les 25 premières voitures « modernes ». Avec notre « petite » voiture, c’est satisfaisant. »
- Quentin Giordano : « Je suis content de remporter cette épreuve qui me tient à cœur. C’est le rallye de mon coach, Alain Vauthier qui m’a lancé. La famille de ma femme est de Champagne. L’auto et l’équipe sont au top. Le travail paie. J’ai rencontré mon copilote jeudi et ça s’est super bien passé. Ce rallye m’a permis de rouler et d’acquérir de l’expérience. »
- Benoît Vaillant : « Un bon week-end ! Il y a eu un super travail de l’équipe. On s’était dit que finir dans les 5 au début, ce serait bien. On termine 2e et on prend la tête du championnat 2e div, c’est super. »
- Dominique Rebout : « On s’est fait plaisir. Il n’y avait plus grand-chose à aller chercher sur la fin. »
- Jean-Charles Beaubelique : « Dommage dans l’ES11, la jante a cassé. On avait de l’avance sur nos rivaux. Le podium était jouable. On a roulé pour rentrer. »
- Eddie Lemaître : « On a bien progressé et un peu en-dessous de nos prédécesseurs. Je serai à Lyon pour rouler avec des hommes si je veux en devenir un ! »
- Jean-Renaud Marchal : « Quelques bons temps et des soucis dont le dernier de moteur. On a acquis de l’expérience. »
- Christophe Wilt : « On n’a pas été ridicule hier. J’apprends. C’est ma deuxième saison de rallye. »
- Michaël Faucher : « Je n’ai pas roulé depuis deux ans. C’est mon deuxième rallye avec la Fabia. J’ai commis quelques fautes et connu des soucis de sélection de vitesses. »
- Vincent Christiann : « Une bonne remise en route. On était un peu moins bien dimanche. »
- Teddy Blanc-Garin : « Ce n’’était pas notre journée hier. Quand on n’a pas de souci moteur, les A8 ne sont pas mortes ! Les R5 ont à se méfier ! »
- François Thiébaut : « Se retrouver au milieu des R5 et WRC, c’est génial. On est sur une bonne dynamique depuis le Franche-Comté 2017. On ajoute un nouveau succès de Groupe N à notre palmarès. Pourtant, on a perdu 40s à cause d’un jeu dans une biellette de direction. J’en ai lâché pour ne pas perdre une roue. Avec ma copilote, on s’entend super bien. C’est l’osmose. »
- Christophe Verstaen : « C’est la première fois que je viens en Champagne. Les routes sont spécifiques. On s’est bien amusé. Le résultat est là. Avec notre Astra Kit-Car préparée maison, on va vite en Belgique et maintenant en France où il y a une belle bagarre. »

Retrouvez le 22e Rallye Epernay-Vins de Champagne et le 11e VHC sur la page facebook du Rallye Epernay-Vins de Champagne.

Communiqué de presse

Partager cet article :
nico

Quentin Giordano prêt à animer la course (22.03.18)

La 22e édition du Rallye Epernay-Vins de Champagne réservé aux véhicules "modernes" accueille 135 engagés. Parmi ceux-ci figure bien Quentin Giordano au volant d'une Hyundai i20 R5 de l'équipe Sarrasin Motorsport avec laquelle il a débuté 2018 au Rallye du Touquet. L'engagement envoyé le jour de la clôture et parvenu tardivement dans la boîte aux lettres de l'ASAC Champagne a été enregistré une fois une première liste établie.

Le Lorrain qui apprécie le Rallye Epernay-Vins de Champagne et la Champagne où il possède de la famille, fait figure de favori. Depuis quelques années, son souhait est d'inscrire l'épreuve de l'ASAC Champagne à son palmarès. Chose possible cette année... Premiers indices dès samedi... Le vice-champion de France des Rallyes 2017 a entamé ce jeudi matin, les reconnaissances du parcours tout comme Dominique Rebout, Jean-Renaud Marchal (copilote par... Fabrice Roy), Jean-Charles Beaubelique, Terry Folb, Duchène père et fils...

A noter également la présence de Vincent Christiann en Ford Fiesta WRC.

Communiqué de presse

Partager cet article :
nico

Rallye Epernay - Vins de Champagne : Une édition «grand cru» (21.03.18)

Manche d’ouverture du Championnat de France des Rallyes deuxième division, le Rallye Epernay-Vins de Champagne connaît sa vingt-deuxième édition, du 23 au 25 mars. Quantité avec 145 véhicules de compétition engagés et qualité avec des voitures de pointe présentes et des classes bien fournies sont au rendez-vous. Le chiffre 8 ou pair serait-il synonyme de « succès » pour le comité d’organisation du Rallye Epernay-Vins de Champagne ? A l’occasion de sa 22e édition, du 23 au 25 mars, cet événement sportif majeur à Epernay et ses alentours bat l’un de ses meilleurs scores d’engagés. Plus de 140 demandes d’engagement sont parvenues dans la boîte aux lettres de l’ASAC Champagne. Il y a deux ans, 132 concurrents avaient pris le départ de l’épreuve qui dépasse régulièrement la centaine de partants depuis 2012. Le record remonte à 2008 avec 133 partants. Le cap de la dixième édition pour les Véhicules Historiques de Compétition est passé avec une dizaine d’engagés, un record également. « C’est une grande satisfaction de réunir autant de participants aussi bien en « moderne » qu’en VHC, note Corinne Théoff-Morizet, la présidente de l’ASAC Champagne. Le travail des membres de l’équipe d’organisation est récompensé. »
Une nouvelle fois, le plateau réunit quantité et qualité avec 7 WRC et 10 R5. Pour la première fois de l’histoire du Rallye Epernay-Vins de Champagne, ces derniers véhicules, têtes d’affiche du Championnat de France des Rallyes, prennent l’ascendant sur leur « concurrent ». Le nombre de participants en F2-14 ne varie pas depuis 2016 : 17 ! Deux classes du Groupe N dépassent les dix engagés. Avec également dix classes contenant entre 5 et 9 engagés, de belles bagarres sont annoncées entre concurrents venant des quatre coins de l’Hexagone et notamment de la Région Grand Est, sur les routes de vignes qui font la spécificité et la renommée du Rallye Epernay-Vins de Champagne. « Cette année, le parcours renouvelé en grande majorité aussi bien samedi que dimanche devrait redistribuer les cartes et apporter un suspens supplémentaire », prévient Bruno Mlakar, le président du comité d’organisation qui tient à remercier pour leurs soutiens, la Ville d’Epernay, le département de la Marne et la Région Grand Est ainsi que les Vignerons champenois dans la course, les communes traversées et les différents partenaires privés.

Une course ouverte. Qui accrochera à son palmarès le 22e Rallye Epernay-Vins de Champagne, manche d’ouverture du Championnat de France des Rallyes deuxième division ? La course s’annonce ouverte. Vainqueurs des trois dernières éditions, Chris Van Woensel, Laurent Bayard et Sébastien Loeb sont absents. Alain Vauthier, à nouveau au volant de la Peugeot 206 WRC, ajoutera-t-il une dixième victoire à son palmarès en Champagne ? Face à lui, se trouvent des Citroën DS3 WRC plus récentes emmenées par Armando Pereira (vainqueur en 1996 et 1997), Raphaël Bouchy qui aimerait viser plus haut qu’en 2017 (2e), Alain Foulon et Jean-Charles Beaubelique, deux candidats annoncés au titre de Champion de France des Rallyes deuxième division. Dauphin de Loeb en 2015, le Belge Eric Cunin vient pour troubler les cartes avec sa Skoda Fabia WRC. Les R5 dont le niveau de performance est à la hausse, devraient se mêler aux WRC. Reste à savoir quel sera le pilote le plus véloce parmi les dix candidats. Fidèle à la Champagne, Dominique Rebout troque la Peugeot 208 T16 (possédée par François Jakubowski) pour une Skoda Fabia également entre les mains de Jean-Luc Roché, Eddie Lemaître et Yves Saint-Requier. Benoît Vaillant, Jean-Renaud Marchal et Christophe Wilt disposent chacun d’une Citroën DS3. Lionel Comole défend seul le clan des Ford Fiesta.
Une nouvelle fois, la classe A8 réservée aux quatre roues motrices turbo est prometteuse avec les présences de Frédéric Rimbeaux, Teddy Blanc-Garin, Jean-Noël Tournay et Hervé Paternot. La lutte pour le gain du Groupe F2000 devrait emmener Nicolas Grosjean, Pierre-Emile Duchène et François Michel-Grosjean vers le haut du classement en deux roues motrices. La prestation de Terry Folb (Ford Fiesta R2), un habitué du Mondial Junior, est à suivre.

L’ASACC à l’attaque ! Les licenciés de l’ASAC Champagne sont également nombreux à vouloir en découdre. Daniel Fores espère certainement une météo clémente pour que les chevaux de sa Porsche 997 GT3 s’expriment pleinement. Sur la lancée du Régional de la Meuse (5e), son fils, Vincent, vise une nouvelle victoire de classe A7. Le match en R4 entre Eddy Berthelot et Hervé Gaidoz face à Thierry Chkondali et Yann Bozec est à suivre. Teddy Stique cherchera à s’immiscer aux avant-postes d’un Groupe N relevé avec les Michel Bourgeois, François Thiébaut et Sylvain Fouteret.

Onzième édition pour le VHC et dix concurrents. Les véhicules Historiques de Compétition sont de la partie pour la onzième fois. François Guillemin (Opel Kadett) espère vaincre le chat noir. Face à lui, se trouvent le vainqueur 2017, Christian Chiaravita (Ford Escort) et Benoît Duchène (Renault 11 Turbo).

Douze spéciales et deux lieux géographiques au programme. Après les vérifications et la séance d’essai le vendredi 23 mars, les débats du Rallye Epernay-Vins de Champagne sont lancés à partir de 11h30 le samedi 24 mars depuis le Parc des loisirs Roger-Menu à Epernay, nouveau centre névralgique. Au programme, figurent une courte entame aux portes d’Epernay (à disputer deux fois) et un enchaînement de deux spéciales de plus de dix kilomètres dans la Côte des Blancs, à parcourir trois fois dont une dans la soirée. Les huit épreuves spéciales de cette première journée traditionnellement la plus chargée représentent un total de 82,81 km.
Le dimanche 25 mars, à partir de 9h, rendez-vous est donné dans la Vallée de la Marne pour deux fois deux spéciales de 19,20 km et 14,95 km pour un total de 68,30 km chronométrés. L’arrivée est prévue vers 15h, au Parc des loisirs Roger-Menu à Epernay.

En chiffres
22e édition réservée aux véhicules « modernes » :
- 135 engagés.
- 7 WRC, 10 R5 parmi les voitures de pointe.
- 4 classes dépassent les 10 engagés : 10 en R5, 11 en N4 et N3, 17 en F2-14 (record).
- 10 classes contiennent entre 5 et 9 engagés : 5 en A7, A6, R1, N2, F2-12 et N1, 7 en A8W et R2, 8 en A8 et F2-13, 9 en R3.
- 22 classes représentées.
- 133 partants, record du nombre de partants enregistré en 2008 (hors Finale de la Coupe de France des Rallyes en 2004 : 173).
- 132 partants, dernier record du nombre de partants en 2016.
- 100 partants et plus ont été dépassés depuis 2007 à une exception près, en 2011 (91 partants).
- Trois anciens vainqueurs présents : Alain Vauthier (9 victoires, recordman), Armando Pereira (2) et Daniel Fores (1).

10e édition réservée aux véhicules historiques de compétition :
- 10 engagés.

Renseignements sur le site Internet : www.asac-champagne.fr
Retrouvez le Rallye Epernay-Vins de Champagne sur sa page Facebook

Les grandes lignes du Rallye National Epernay-Vins de Champagne 2018
- 22e édition pour les véhicules de compétition « modernes », 11e pour les Véhicules Historiques de Compétition (VHC).
- Vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 mars.
- 2 épreuves* durant le week-end :
une réservée aux véhicules de compétition « modernes » engagés dans le cadre du Championnat de France des Rallyes deuxième division et de la Coupe de France des Rallyes (coefficient 4) ;
une pour les Véhicules Historiques de Compétition (VHC) comptant pour la Coupe de France des Rallyes VHC (coefficient 3).
Ouvertes aux concurrents étrangers : Compétition à Participation Etrangère Autorisée (CPEA).
- Droits d’engagement : 630 € pour les « modernes », 500 € pour les VHC.
- Règlements et demandes d’engagement disponibles sur le site Internet de l’ASAC-Champagne.
- Vérifications, parcs fermé et d’assistance en un lieu unique : Parc des loisirs Roger-Menu à Epernay.
- Kilométrage total : 352,97 km dont 151,11 km chronométrés, soit 42,8 % en conditions de course.
- 12 spéciales à disputer, 5 différentes, 4 inédites. Spéciale la plus longue : Cormoyeux-Reuil (19,20 km). Spéciale la plus courte : Epernay-Mardeuil (2,66 km).
- Et bien entendu, meilleur accueil pour tous.

Jeudi 22 mars et vendredi 23 mars
Reconnaissances autorisées et réglementées.

Vendredi 23 mars
- De 10h à 18h30 : vérifications administratives et techniques, ouverture du village partenaires et animations, Parc des loisirs Roger-Menu à Epernay.
- De 13h à 17h : séance d’essai.
- Soirée de bienvenue « spéciale concurrents » avec les vignerons partenaires chez Renault Automotor Epernay (sur invitation uniquement).

Samedi 24 mars
- Village partenaires, animations et podium, Parc des loisirs Roger-Menu à Epernay.
Horaires*
11h30 Podium départ étape 1, Hall des Sports Pierre-Gaspard à Epernay
11h33 Assistance, Square Raoul-Chandon à Epernay (20min)
12h05 ES1 Epernay-Mardeuil 1 (2,66 km)
13h00 ES2 Vertus-Avize 1 (12,60 km)
13h25 ES3 Avize-Chouilly (13,23 km)
14h00 Regroupement, Hall des Sports Pierre-Gaspard à Epernay
15h03 Assistance, Square Raoul-Chandon à Epernay (35min)
15h50 ES4 Epernay-Mardeuil (2,66 km)
16h45 ES5 Vertus-Avize (12,60 km)
17h10 ES6 Avize-Chouilly (13,23 km)
17h45 Regroupement, Hall des Sports Pierre-Gaspard à Epernay
18h38 Assistance, Square Raoul-Chandon à Epernay (35min)
19h45 ES7 Vertus-Avize (12,60 km)
20h10 ES8 Avize-Chouilly (13,23 km)
20h45 Assistance, Square Raoul-Chandon à Epernay (30min)
21h20 Arrivée Etape 1

Dimanche 25 mars
Horaires*
9h00 Podium départ étape 2, Hall des Sports Pierre-Gaspard à Epernay
9h03 Assistance, Square Raoul-Chandon à Epernay (25min)
9h55 ES9 Cormoyeux-Reuil (19,20 km)
10h40 ES10 Mareuil Le Port-Troissy (14,95 km)
11h50 Regroupement, Hall des Sports Pierre-Gaspard à Epernay
12h43 Assistance, Square Raoul-Chandon à Epernay (25min)
13h35 ES11 Cormoyeux-Reuil (19,20 km)
14h20 ES12 Mareuil Le Port-Troissy (14,95 km)
15h30 arrivée finale puis remise des prix
* Première voiture VHC
- Animations toute la journée, Parc des loisirs Roger-Menu à Epernay.

Communiqué de presse

Partager cet article :
nico

Début de saison différé pour Quentin Gilbert (20.03.18)

Présents au départ du Rallye du Touquet, Quentin Gilbert et Valentin Salmon n’ont même pas eu la possibilité de rallier l’arrivée de l’ES1 à cause d’un problème mécanique. Évidemment très déçus, l’équipage et tout le team 2C Compétition sont déjà tournés vers le Rallye Lyon-Charbonnières (19-21 avril). Après un ultime galop d’essai effectué la veille du départ lors du shakedown, Quentin Gilbert était prêt pour le coup d’envoi du Championnat de France des Rallyes. Au volant de sa Skoda Fabia R5, le Vosgien comptait bien se mêler à la bagarre en tête !

Malheureusement, la course de Quentin s’arrêtait quelques kilomètres après le départ de l’ES1 : « Nous avons cassé le moteur et l’abandon était inévitable. C’est très décevant, car nous avions très bien préparé ce rendez-vous avec toute l’équipe 2C Compétition. La veille encore, la Fabia fonctionnait parfaitement au shakedown. C’est très frustrant, mais cela fait partie du sport automobile et nous restons tous solidaires. »

Plutôt que de repartir en Rally2 – sans espoir de marquer le moindre point – Quentin et l’équipe prenaient la décision de reporter leur énergie sur la préparation du Rallye Lyon-Charbonnières.

« Nous allons effectuer une grosse séance d’essais pour être au top au Charbo », assure Quentin. « En terminant quatrième à quelques dixièmes du podium, mon équipier Thibaut Habouzit a démontré le potentiel de la voiture et de l’équipe. Notre motivation est intacte ! »

Le Rallye Lyon-Charbonnières se déroulera du 19 au 21 avril sur les routes des Monts du Lyonnais et du Beaujolais.



Communiqué de presse

Partager cet article :
nico

Rallye Pays du Gier : Styve Juif et Alex Florenson s’imposent (20.03.18)

Première épreuve du calendrier 2018 du Clio R3T Alps Trophy 2018, le Rallye Pays du Gier est le théâtre d’une incroyable succession de rebondissements. Si au final Styve Juif – Alex Florenson s’imposent après avoir évité tout les pièges, la course s’est révélée particulièrement sélective. Dès le premier chrono disputé dans la nuit pluvieuse et très froide du vendredi soir, les conditions météos exécrables transforment les 22,7 km de la spéciale de Valfleury en énorme piège. Sur un tracé fait de changement de rythme, de revêtements, de coulées d’eau et de plaques de bitume noir aussi glissantes que des plaques de glace, Maude Studer – Célia Uzzo se font piéger et voient leurs espoirs s’envoler. Partis une minute après l’équipage féminin, Thomas Anacleto – Pauline Choffel s’arrêtent à la hauteur de l’équipage accidenté pour vérifier que le duo, encore dans l’auto, n’est pas blessé puis reprend la route. Déconcentré, ayant perdu le fil de la course, ce geste d’une exemplaire sportivité leur coûte très cher. Quelques centaines de mètres plus loin, pas à leur affaire, ils partent également à la faute et sont contraints à l’abandon. Partis deux minutes derrière Maude Studer – Célia Uzzo, Ricardo Araujo – Audrey Zwahlen arrivent à très haute vitesse lorsqu’ils aperçoivent la voiture accidentée qui obstrue partiellement la route. Ils freinent mais sont sur des plaques noires. Blocages de roues et glissade qui se termine dans l’arrière de la Clio accidentée. C’est l’abandon et l’interruption de course, le temps pour les organisateurs de dégager la route. Tous les équipages sont indemnes mais les rangs du Clio R3T Alps Trophy sont partiellement décimés et les morals des nouveaux-venus dans le Clio R3T Alps Trophy en berne.

Affublés de temps forfaitaires, les quatre équipages encore en course démarrent l’étape de samedi dans des conditions toujours délicates même si la pluie est beaucoup moins importante. Auteurs du temps de référence dans le premier chrono du jour, Ismaël Vuistiner – Florine Kummer sont trahis par des ennuis électroniques dans le chrono suivant. Ils concèdent près de six minutes et voient toutes leurs chances de s’imposer s’envoler. Ils parviennent à terminer le rallye et engrangent les points du 4ème rang. Philippe Broussoux – Didier Rappo, malgré quelques alertes, évitent les pièges et réalisent une course empreinte de maturité. Ils se classent 3ème.

L’expérience d’Olivier Courtois – Hubert Risser s’est avérée payante sur ce rallye qu’ils découvraient comme quasiment tout leurs camarades. Les alsaciens réalisent une prestation où leur science de la course et leur parfaite connaissance de la Clio R3T leur permettent de réaliser une performance qui les conduit au 2ème rang.

Surprenants de maturité et dotés d’une solide capacité d’adaptation, Styve Juif – Alex Florenson évitent les pièges et s’imposent dès leur première épreuve au volant de la Clio R3T. Sur un terrain difficile, ils réalisent un sans-faute et démontrent le potentiel qu’on leur soupçonnait. En remportant le Rallye Pays du Gier, l’équipage du Doubs confirme qu’ils font parties des papables à la victoire de l’édition 2018 du Clio R3T Alps Trophy.

Prochaine échéance, le Rallye du Critérium Jurassien, au départ de Saignelégier, les 13 – 14 avril prochain.

Clio R3T Alps Trophy 2018 :
1 JUIF Styve - FLORENSON Alex - 162 pts
2 COURTOIS Olivier - RISSER Hubert - 143 pts
3 VUISTINER Ismaël - KUMMER Florine 113 pts
4 BROUSSOUX Philippe - RAPPO Didier 112 pts
5 STUDER Maude - UZZO Célia 10 pts
5 ANACLETO Thomas - CHOFFEL Pauline 10 pts
5 ARAUJO Ricardo - ZWAHLEN Audrey 10 pts



Communiqué de presse

Partager cet article :
nico

Quentin Gilbert relève le défi du Championnat de France (05.03.18)

À deux semaines du coup d’envoi du Championnat de France des Rallyes, Quentin Gilbert confirme ses ambitions pour la saison 2018. Fer de lance de l’écurie 2C Compétition, le Vosgien disposera d’une Skoda Fabia R5 équivalente à celle qu’il pilotait l’an passé en WRC2. Désormais associé à Valentin Salmon, Quentin attend avec impatience le départ du Rallye du Touquet (16-17 mars). « Je crois que je n’ai jamais été autant excité avant le début d’une saison ! » En quelques mots, Quentin Gilbert résume l’attente partagée par les passionnés de rallye, à quelques jours du coup d’envoi du Championnat de France. Il faut dire que le plateau 2018 s’annonce exceptionnel, avec de nombreux pilotes de renom en lice pour la victoire.

Parmi eux, Quentin se présente avec de nombreux atouts : « Je suis très heureux d’être au départ avec 2C Compétition. Tout l’hiver, ils ont travaillé très dur pour que nous entamions cette saison dans les meilleures conditions. Championne de France en 2016, l’équipe est une référence, qui a toujours soif de victoire. Je suis moi aussi très motivé pour cela ! C’est également très positif de poursuivre ma carrière avec une Skoda Fabia R5. Il s’agit de la meilleure voiture à l’heure actuelle et je pourrai m’appuyer sur l’expérience acquise l’an passé. Je tiens vraiment à remercier tous ceux qui ont contribué à monter ce programme, à commencer par mes fidèles partenaires. Je porterai également les couleurs d’Igol, c’est une grande fierté et une marque de confiance qui renforce encore ma motivation. »

Pour cette saison, Quentin débutera une collaboration avec un nouveau copilote en la personne de Valentin Salmon. « Valentin a déjà une bonne expérience du Championnat de France et il veut continuer à progresser. Nous avons une approche de la course similaire et je pense que nous formerons un bon duo », explique Quentin. « Je tiens à remercier Renaud Jamoul pour les cinq saisons passées ensemble et je lui souhaite beaucoup de réussite dans sa nouvelle vie professionnelle. »

Comme c’est désormais la tradition, le Championnat de France débutera sur les routes du Nord Pas-de-Calais, avec le 58e Rallye du Touquet. « C’est un rallye que j’apprécie beaucoup et qui m’a plutôt bien réussi par le passé », se souvient Quentin, vainqueur du Championnat de France Junior en 2011 ou deuxième au scratch en 2014. « De plus, j’apprécie la région, ses paysages et l’ambiance chaleureuse qui règne tout au long du week-end. J’espère simplement que la météo sera clémente ! »

Concernant les objectifs, Quentin reste mesuré après une longue période d’interruption : « Je m’attends à une grosse bagarre, face à de nombreux pilotes d’expérience. C’est ce qui rend cette saison aussi excitante ! De mon côté, cela fait sept mois que je n’ai plus roulé et je m’attends à devoir passer par une petite période d’adaptation pour m’adapter à un nouvel environnement. J’ai désormais suffisamment de maturité et d’expérience pour bien gérer mes courses. Dans la mesure où notre objectif principal est fixé sur le Championnat, je chercherai avant tout à marquer un maximum de points dans la catégorie R5 et au Trophée Michelin, dans lequel je suis également engagé. »

Le Rallye du Touquet se disputera en deux étapes, disputées le vendredi 16 et le samedi 17 mars. Seize spéciales sont au programme, pour un total de 203 km.





Communiqué de presse

Partager cet article :
nico
Untitled Document
Copyright © Est Rallye, Tous droits réservés Admin